AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pensive

Aller en bas 
AuteurMessage
Aiko Himejima
Maître de Médecine
Aiko Himejima

Féminin Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Pensive   Lun 28 Mai - 19:23

[Libre évidement.]

Aiko était accoudée sur la rambarde du pont. Elle fixait l’eau comme hypnotisée. Elle pensait à toutes ces choses qui s’étaient passées depuis qu’elle était ici. Elle avait le sourire aux lèvres. Ses cheveux, attachés en chignon d’où quelques mèches s’échappaient, étaient parcourus de petites fleurs bleutées qui s’accordaient parfaitement à son kimono couleur nuit. Ses yeux se fermèrent d’eux-mêmes. Elle avait été heureuse de se faire accepter dans l’école et elle n’envisageait même pas de partir désormais. Elle y avait sa place, ses habitudes et ses élèves. Pas une tâche sur ce tableau presque parfait. Presque. Comme dans la plupart de ses moments perdus elle pensait aux enfants qu’elle n’avait pas pu avoir, à cette vie de famille qu’elle s'était refusé de tout son être à cause de "lui". Un léger soupire se perdit entre ses lèvres. C’était de l’histoire ancienne désormais et elle avait toute la vie devant elle. Elle pensa ensuite à ses pivoines qu’elle faisait pousser devant la fenêtre de sa chambre, toujours plus belles. Hanzo était devenu le paradis qu’elle avait cherché. Elle le pensait sincèrement. Ses yeux se rouvrirent lentement. Elle suivait désormais les minces lignes formées sur la surface de l’eau. C’était apaisant, le murmure de l’eau, le chuchotement du vent entre les arbres.


*Non, je ne quitterai Hanzo pour rien au monde.*

Elle pensait maintenant à son prochain cours, à ses élèves, ses collègues… Tous ceux qui comptaient pour elle. Elle savait qu’elle avait tellement à apprendre d’eux. En échange elle leur transmettait ce qu’elle savait : la médecine. Sauver des vies, aider, soigner, ça aussi faisait partit de l’éducation des ninjas. Ses mains passaient sur le bois du pont. Dans sa réflexion elle ne faisait plus attention à tout ce qui l’entourait. Plus complètement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shin Kanji
Maître d'Alchimie
Shin Kanji

Masculin Nombre de messages : 141
Localisation : qui sait?
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Lun 28 Mai - 19:53

Ce nouvel explosif était instable, beaucoup trop instable. Sorti de la poudre, Kanji continuaitses experiences depuis quelques temps avec de nouveaux éléments, liquides pour la plupart. Il avait passé la nuit dans sa salle de cours, qui lui servait aussi de laboratoire, à essayer cette nouvelle formule. Rien n'y faisait, quelques soient les proportions, il était toujours aussi brisant. et surtout, intransportable, il detonnait au moindre choc. Il avait bien failli y laisser encore des morceaux, malgré les petites quantités qu'il employait. Si son oeil lui avait appris une chose, c'était bien de ne jamais sous-estimer le potentiel d'un explosif. Ces considerations lui faisaient penser à son prochain cours, où il repeterait inlassablement ce principe, et il savait qu'il le repeterait bien des fois à chaque cours encore: parceque les debutants sont pressés, et ceux qui s'aguerissent aussi: ils n'ont pas la patience de travailler lentement... Il avait besoin de calme, apres ce travail, de se changer les idées. C'est donc le plus naturellement du monde qu'il décida de s'adonner à son plaisir personnel: aller faire la sieste en foret, dans un arbre: là, il se relaxait, ne laissant plus que son ouie en eveil, faisant corps avec la nature...
Il fit un saut à sa chambre, enleva ses vetementes de travail et son tablier de cuir, fit un brin de toilette, et se mit en chemin, vetu d'un kimono blanc, vers le havre de paix qui l'attendait.

S'approchant du pont, il aperçut une femme, vetue d'un kimono bleu nuit, qui la mettait, il se surprit à s'en faire la remarque, bien en valeur. Il se demandait qui elle pouvait bien etre, jusqu'à ce que la distance lui permit de reconnaitre Aiko.
Il ne l'avait pas souvent vue, et savait d'elle très peu de choses, sinon qu'elle était professeur de médecine. C'était d'ailleurs sans doute la raison de sa gène à son égard: elle semblait gentille, mais il hesitait car il craignait de ne pas être trop apprécié par elle: il avait pris l'habitude de soigner les éléves qu'il croisait, sans lui demander son avis, et il l'avait trop rarement vu pour savoir si cette atitude la vexait: il avait connu des médecins pour qui cela aurait été un affront. Sans compter cet éléve contre qui il s'etait emporté parcequ'il avait fait un bandage mediocre: ce n'etait pas son travail, et il craignait qu'elle ne pense qu'il lui coupait l'herbe sous le pied.
Et puis... c'etait bète à dire, mais c'était une femme, de la haute société, qui plus est, et lui... un borgne, une brute, un marginal...

Il s'approcha néanmoins de la jeune femme: apres tou, il devait au moins être poli en passant le pont.


-Bonjour, Himejima-sana... accepteriez-vous que je me joigne à vous?

Ces derniers mots étaient partis avant qu'il n'y pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiko Himejima
Maître de Médecine
Aiko Himejima

Féminin Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Lun 28 Mai - 20:56

Aiko sortit de sa rêverie au son de pas sur le bois du pont. Elle se retourna à l’appelle de son nom. La jeune femme reconnu l’homme au kimono immaculé qui s’approchait, c’était l’autre médecin d’Hanzo et maître d’alchimie. Elle lui offrit un sourire de bienvenue.

« Bonjour Kanji-san. Je serai ravie de votre compagnie. »

Sa voix était douce et calme. Joignant les gestes à la parole elle fit un pas en arrière afin de lui laisser de la place à ses côtés. Elle appréciait cette compagnie et qui plus est était quelqu’un qui pratiquait la médecine. Jamais elle n’avait trouvé honteux la présence d’un autre médecin et encore moins qu’il soigne. Quel imbécile pourrai en vouloir à un médecin qui soignait ? D’ailleurs il y avait Ryo qu’elle avait examiné récemment pour vérifier que la plaie au dessus de son œil n’était pas infectée.

« J’ai vérifié l’état de la blessure à l’œil du garçon que vous avez soigné après le cours de dissimulation : Karasu. Elle ne s’est pas infectée et tout va bien. Je vous remercie de vous en être occupé tout de suite. Je pense qu’il n’y restera même pas de cicatrice. »

Elle observa un instant, discrètement, l’homme. La première fois qu’elle avait vu Kanji elle s’était bien demandée ce qu’il dissimulait sous le tissu qui recouvrait son œil gauche. Elle avait su plus tard qu’il l’avait perdu. Elle imaginait la douleur qu’il avait du ressentir à cet instant et après, cela l’avait attristé comme à chaque fois qu’on la mettait face à ce genre de situation. Son regard vert sombre s’attarda ensuite sur le vêtement blanc qui le couvrait. Blanc… Ça lui allait bien pourtant. Elle reporta son attention sur le cour d’eau pour ne pas paraître impolie si elle était surprise à le dévisager de la sorte. Elle ne savait pas vraiment de quoi lui parler et son éducation lui avait dicté qu’il faillait toujours laisser à l’homme l’initiative de la conversation. Elle avait toujours ces principes ancrés dans la peau finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shin Kanji
Maître d'Alchimie
Shin Kanji

Masculin Nombre de messages : 141
Localisation : qui sait?
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Lun 28 Mai - 22:14

C'est vrai qu'il avait chaud au coeur. Meme s'il était encore surpris d'avoir accompagné sa politesse d'une pareille demande, il ressentait de la satisfaction à la reponse de la jeune femme. Non pas celle qu'on ressent lorsqu'on est arrivé à ses fins, non, mais cela lui faisait plaisir qu'elle lui repondit ainsi: elle l'avait invité à la rejoindre, et pas seulement par politesse: la douceur qu'elle avait mis dans sa voix était vraiment une marque de cordialité.
Et le fait qu'elle lui ait spontanément donné des nouvelles de Ryo, en-dehors de sa fierté de médecin, lui prouvait qu'elle ne le considérait pas comme un concurrent, mais comme un confrere. En cette periode où il avait l'impression de commettre bourde sur bourde, il était heureux de se sentir à la bonne place pour une fois.


Il avait remarqué la façon dont elle l'avait détaillé rapidement et discretement, et la façon dont elle s'était détournée, quelque peu génée.
C'est vrai, se disait-il,j si pour moi, ces dernieres années, détailler une personne en un seul regard et me faire détailler était une habitude, elle a peut-etre l'impressiond'avoir été grossiére.
pourtant, pour lui, ce n'était pas du tout un probleme. Au contraire, même, il appreciait particulierement qu'elle ne se soit pas sentie obligée de détourner son regard immédiatement: beaucoup de gens n'osaient pas le regarder en face, à cause de son oeil, ou de ses cheveux: trop génés pour montrer qu'ils le voyaient.

- Je suis heureux qu'il n'ait pas de sequelles. Une blessure à l'oeil est une chose difficile à soigner, et surtout qui se complique facilement.e tenais à ce qu'il puisse encore faire des clins d'oeil.

il eut un sourire discret, furtif, une esquisse. Mais il réalisa qu'il risquait de la mettre mal à l'aise.
Il vint se placer à coté d'elle, lentement, sans geste brusque, remarquant au passage le tanto caché dans le noeud

foutu reflexe, se dit-il, on n'est pas dans une auberge ici, pourquoi suis-je toujours mefiant?

Il était embarassé: il voulait trouver un sujet de conversation, mais n'y arrivait pas.il était un peu comme un gamin, qui a une trop jolie voisine.

Vous aimez regarder couler l'eau? C'est relaxant, n'est-ce pas. J'ai connu un homme qui me disait que l'eau etait la source de la vie, et la mer, un royaume de liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiko Himejima
Maître de Médecine
Aiko Himejima

Féminin Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Mar 29 Mai - 2:35

L’ébauche de sourire de l’homme fut appréciée à sa juste valeur par Aiko. Elle se souvenait que Grand-mère disait « un sourire est le plus merveilleux des présents que l’on puisse faire ». La jeune femme distribuait ce présent à tout ce qu’elle connaissait, un sourire sincère. La seule personne qui n’avait jamais su lui arracher ce sourire c’était "lui", Hiroshi, son ancien mari.
L’eau qui coulait était apaisante… Si belle, si imprévisible, si douce et si sauvage. Tant de chose à dire sur un même élément.


« Oui, l’eau emporte les doutes et les peines avec elle. Il ne reste plus que les bonnes choses après elle… Quand à la mer… La mer, je ne l’ai jamais vue. Juste des récits et des légendes. » elle eut un sourire mystérieux en regardant Kanji « Mais la mer ce n’est pas la liberté. La liberté c’est là où l’on peut sentir le parfum des fleurs. »

Elle détacha d’une main une des petites fleurs qui ornait ses cheveux noirs et la laissa tomber du pont. Elle tourbillonna lentement avant d’atterrir en douceur sur la rivière. Emportée par le courant elle s’éloigna lentement de la vue des deux adultes sur le pont.

« La liberté est là où on la créer. »

Une phrase un peu mystérieuse dont elle avait le secret. Sa liberté dans la grande maison qui la retenait prisonnière par les liens du mariage c’était son jardin de fleurs où personne ne pouvait rentrer sans son autorisation, c’était son petit bureau au coin de la chambre où elle calligraphiait avec un pinceau et de l’encre de Chine, c’était sa petite partie de la bibliothèque où se trouvait les œuvres des meilleurs poètes japonais. Tant de souvenirs, le passé… Son regard s’était perdu dans un horizon indistinct, lointain. Et ce calme qui émanait d’elle qui se propageait doucement comme pour arrêter le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shin Kanji
Maître d'Alchimie
Shin Kanji

Masculin Nombre de messages : 141
Localisation : qui sait?
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Mar 29 Mai - 15:26

"La liberté est là où on l'a créée". Des mots qui résonnaient dans ses pensées.

-Je n'ai vu la mer que deux fois, dans un port. La premiere fois, j'étais très jeune, mon père voulait régler une affaire.Je me souviens qu'il m'avait laissé sur la plage, et que je m'étais assis là, face aux vagues et aux embruns.
C'était de l'eau, de l'eau à perte de vue, et au-delà de l'horizon, le ciel. Je me souviens de cette impression d'immensité, mais aussi de solitude. Je crois que mon père regrettait une époque ou il pouvait aler où bon lui semblait.

Il repensa à la seconde fois, dans ce même village, mais qui venait d'être détruit par les flammes. Il avait à peine jeté un coup d'oeil à la mer: il ne s'était concentré que sur le combat, puis sur la mission qu'on venait de lui confier. Pourtant, il aurait pu prendre quelques minutes, et n'en aurait pas pati. Et ce n'est même pas le chagrin qui l'avait fait reculer: Il avait tout simplement décidé que cela n'avait pas d'intéret immédiat.

Ces années d'errance l'auraient-elles rendu insensible?

- Aimez-vous aller en forêt? Il continua, jugeant qu'une explication était nécessaire, puisqu'il sautait du coq-à-l'ane.

- Il regne dans la foret une athmosphere paisible, reposante. Et en même temps, cette sensation d'immensité, d'absence de limites. Je passe une partie de mon temps libre allongé sur une branche, dans un arbre.Je ferme les yeux, et j'entends ce qui se passe. J'ecoute son mouvement, celui du vent dans les arbres, les pas des petits animaux, le vol des oiseaux. C'est comme ça que j'ai ressenti la liberté pour la premiere fois en venant ici.

Il s'arreta, conscient de ce qu'il venait de dire. Il n'avait pas révélé grand-chose sur ses origines, mais beaucoup sur sa psychologie. Des détails assez intimes en fait. Peut-etre qu'il était allé trop loin.

Il eut une légére moue, puis recommença à parler.

En fait, je crois qu'on est libre là où on se sent bien. Et ici,à Hanzo, j'ai retrouvé des choses que je n'avais jamais connues, ou que j'avais perdues. Des élèves, tantot appliqués, tantot gauches, mais souvent de bonne volonté, avec la jeunesse et tout ce qui en découle. Et des choses simples, ne serait-ce que de m'inquieter d'eux.

Et même de bafouiller en discutant avec une femme, aurait-il pu ajouter. Mais ça, il ne pouvait pas se le permettre. C'eut été discourtois. Et qu'en aurait-elle pensé? Etait-ce dù à l'ambiance de ce lieu, ou à la douceur de son interlocutrice, il se sentait troublé. Il ne s'était plus trouvé isolé, à discuter avec une jeune femme depuis... Kin...

Une petite larme perlait à son oeil... Tous ces souvenirs...

Il s'était placé à gauche d' Aiko, pour lui présenter son oeil sain, toujours moins dérangeant pour ses interlocuteurs, mais il était obligé de détourner la tête, pour lui cacher ce trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiko Himejima
Maître de Médecine
Aiko Himejima

Féminin Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Mar 29 Mai - 17:28

Aiko comprit que le père de Kanji devait s’être entravé, à un moment ou un autre, pour autre chose. Qu’il avait eut, comme dans les épopées des livres, une nostalgie de liberté. Elle avait fermé les yeux pour tenter de se représenter les images que lui inspirait le maître d’alchimie en lui parlant. La mer, les vagues, le vent…elle les imaginait se former devant ses yeux. L’homme se mit à parler de la forêt. Il avait totalement dévié le sujet de conversation. Quoique pas totalement.
Elle avait l’impression qu’il lui dévoilait un peu de lui et elle écoutait, attentive et silencieuse. Elle lui laissa le temps de continuer à parler, elle n’intervint pas, consciente qu’il n’avait pas entièrement fini. Il détourna la tête, elle pouvait sentir sa tristesse. Elle hésita puis avança la main. Elle la posa, réconfortante, sur l’épaule de l’homme debout à côté d’elle. Elle ne dit rien pendant un petit moment avant de commencer. Elle parlait d’une voix à peine plus forte que le bruit de l’eau. Comme une confidence.


« Moi aussi, c’est ici que j’ai trouvé ma liberté. » sa voix se fit encore plus basse « Les élèves, même ceux qui ont presque mon âge, c’est un peu comme les enfants que je n’ai pas pu avoir. »

*Que j’ai tué…*

Elle essaya de dissoudre ce sentiment de fragilité qui l’habitait, elle s’interrompit une minute.

« Vous avez encore toute votre vie devant vous pour profiter de ce que vous avez gagné à Hanzo. La vie offre tellement de possibilités que lorsqu’on saisit enfin la bonne on sait que l’on approche du bonheur. »

Elle retira doucement sa main et la reposa sur la rambarde du pont.

« Hanzo a été l’un de mes meilleurs choix, ou le meilleur choix du hasard... C’est une bonne voix. Ne ressentez-vous pas la même chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seikatsuran Onibi
Ronin Résident - Maître de Kenjutsu
Seikatsuran Onibi

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Mar 29 Mai - 19:46

Seikatsuran revenait d'une promenade au bord de la rivière. Promenade, pour Seikatsuran, désignait plutôt un entrainement assez intensif plus une longue méditation pour se remettre les idées en place. Il vit alors sur le pont Kanji et Himejima, dont les deux premières syllabes reflétaient assez bien l'apparence. Une véritable Hime. Ses deux collègues, avec lesquels il était en bons termes, étaient apparemment plongés dans une assez grande discussion.

"Salut! Tout se passe comme vous voulez? Je ne vous dérange pas j'espère? Sinon je passe mon chemin."

Il sourit lorsqu'il prononça ces derniers mots, car il savait pertinnement que personne de courtois n'aurait dit qu'il dérangeait si cela n'avait pas été important. Le professeur de Kenjutsu était de très bonne humeur, et il voulait faire plaisir à ses interlocuteurs.

"Ca vous dirait de boire un peu de sake avec moi? J'en ai dans ma chambre, je peux en apporter si vous voulez. On pourrait même se faire un pique-nique dans la forêt."

Seikatsuran était jeune, et il fallait avouer qu'il pouvait parfois paraître un petit peu précipité par moments. Mais cela avait au moins l'effet de détendre l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shin Kanji
Maître d'Alchimie
Shin Kanji

Masculin Nombre de messages : 141
Localisation : qui sait?
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Mar 29 Mai - 20:36

Kanji avait senti cette main sur son épaule. Une présence douce, presque tendre...Elle devait être parfaite pour donner des soins, se dit-il. Une main réconfortante posée sur son épaule, c'était quelque chose qu'il avait oublié.

Il remarqua qu'elle tremblait légérement en parlant des enfants. Le sujet devait lui être pénible. Du moins, quand elle pensait à des enfants qu'elle aurait eu. Il devait y avoir un secret, mais il ne devait pas chercher à le découvrir. Il n'était pas si curieux.

Encore toute une vie? Au moins une vie d'études. et sans doute des satisfactions en ce qui concernait ses éléves. Mais en dehors de ça... aprés tout, aurait-il pu espérer autant lorsqu'il avait fui, lors de ce jour sanglant...


- Je pense que pour ceux qui sont arrivée à Hanzo, c'est la meilleure chose qui pouvait arriver. Mais je me plais à esperer qu'un jour, les enfants n'auront plus besoin d'apprendre à survivre de cette maniere, et que Hanzo sera inutile. C'est une utopie, mais je veux en réver.

Je suis toujours ébahi de voir que des éléves arrivent à obéir à des maitres ausi jeunes qu'eux, ou presque... Il eut un sourire Et en fait, qui se comportent eux aussi comme des gamins, parfois

"Salut! Tout se passe comme vous voulez? Je ne vous dérange pas j'espère? Sinon je passe mon chemin."

- Seikatsuran-kun, justement, tu illustres mes propos à merveille...

il était un peu frustré de voir ainsi ce tête-à-tête interrompu, mais il appreciait le jeune Ronin. Peut-etre parcequ'il était un peu ce qu'il serait devenu, si les choses s'étaient bien passées... et peut-etre aussi parceque le culot dont il faisait preuve parfois l'amusait.
Il l'accueillit avec un sourire franc.


- C'est étrange, je n'ai jamais essayé de faire exploser du saké, en fait... C'est une idée qu'il me faudra mettre en application un de ces jours... L'heure est un peu matinale pour que j'y pense spontanément, mais si Himejima-sana est tentée par cette proposition, je serai heureux de vous accompagner

Il buvait peu, mais l'alcool ne le derangeait pas. Il était en fait un peu partagé entre les deux possibilités: il appreciait la compagnie de Onibi, mais aurait apprécié de rester en compagnie de la douce Aiko... Et qui plus est, il craignait qu'elle le trouve trop entreprenant s'il pretendait rester seul avec elle, ou qu'elle les laisse partir pique-niquer tous seuls... et puis, il ne savait pas ce qu'elle penserait de tout ça.

Il décida donc de cette réponse, de manière à laisser le choix à la jeune femme. En souhaitant juste qu'elle ne se retire pas à cette occasion


Dernière édition par le Mer 30 Mai - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiko Himejima
Maître de Médecine
Aiko Himejima

Féminin Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Mar 29 Mai - 22:07

[5 fois que j'ai essayé de poster ma rep'. Mon ordi bug un peu là. :buddha: ]

Aiko écoutait le point de vue de Kanji. Un rêve, une utopie…Peut-être mais les rêves font avancer et donne un but. Une utopie est mieux qu’un cauchemar. On venait de leur parler. Elle n’eut pas besoin de se retourner pour reconnaître Seikatsuran qui, comme d’habitude, semblait déborder d’énergie. Elle sourit.

« Bonjour Onibi-san. Non vous ne nous dérangez pas. Vous semblez de bonne humeur. »

Il les invita à prendre un verre de saké. Elle tourna la tête vers Kanji, que voulait-il lui ? Il semblait vouloir dire oui mais il attendait son avis à elle. C’était gentil. Elle ne voyait aucune raison de refuser cette invitation. C’était une occasion comme une autre de discuter avec ses deux collègues.

*Je ne pense pas qu’ils soient du genre à boire du saké à en être complètement ivres*

« Je vous accompagnerai donc volontiers mais prévoyez quand même de l’eau, je ne bois pas beaucoup. »

Elle eut une petite moue d’excuse. Elle s’éloigna de la rambarde et attendit que les deux maîtres commencent à avancer pour les suivre. Elle pensa un instant que son père aurait eut un malaise à apprendre que, toute veuve qu’elle était, elle acceptait de boire du saké avec deux hommes qui n’était même pas de sa famille. Mais comme elle l’avait dit précédemment à Kanji, elle était libre à Hanzo et n’avait plus de compte à rendre à personne. Sauf au Clan en cas de problème grave mais ça c’était une autre histoire. Elle lissa les plis de son kimono de la main.

« Voulez-vous que je passe à la cuisine pour chercher quelque chose à manger pendant que vous sortez le saké ? Qu’est-ce que vous aimeriez ? »

C’était sa manière d’apporter sa contribution au pique-nique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shin Kanji
Maître d'Alchimie
Shin Kanji

Masculin Nombre de messages : 141
Localisation : qui sait?
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Jeu 31 Mai - 21:13

Aiko avait accepté l'invitation. En fait, il s'en sentait très heureux. Ces paroles échangées lui faisaient du bien. Il s'était aperçu d'une chose, qu'il n'était pas seul à avoir certaines convictions
Et plus important, qu'il était encore capable d'éprouver une certaine émotion, mais pas seulement d'ètre géné parcequ'il n'était pas à sa place. Non, il redecouvrait le plaisir d'une conversation calme, d'échanges sans méfiance.
Ses entretiens avec d'autres professeurs avaient étés jusque là plus..."viriles", Onibi lui ayant demandé à leur premiere rencontre s'il était partisan du katana ou du Tachi: il n'avait pas encore déposé son wakizaichi dans les entrepots, et le jeune ronin avait donc reconnu en lui un samouraï. Un ninja ou un samouraï n'aimait pas parler de ses faiblesses, et préférait parler armes, arts du combat ou tactique.


Lui n'aimait en fait que moyennement aborder ces sujets. Il détestait parler de ses "prouesses", notamment celle qui l'avait mené à l'exil, d'une part parcequ'il n'aimait pas tuer, ce qui le rapprochait de Seikatsuran, mais aussi parceque la nature de certaines était suffisamment étonnante pour que leur récit se solde par un défi à la clé par un présomptueux qui le prenait par un vantard. Néanmoins, il avait déjà vu le jeune ronin s'entrainer, et il aimerait bien un jour ou l'autre le combattre à armes vraies, pour pouvoir se mesurer à lui. Pas un duel, un entrainement à grande échelle. Mais il avait toujours reculé devant cette hypothèse, car elle serait dangeureuse.

Il arbora un grand sourire:

- Eh bien, dans ce cas, la cause est entendue. Je passerai donc prendre une natte en paille de riz, il n'est pas question de laisser Himeshima-sana salir un aussi joli kimono.

Alors là, s'il se mettait à faire des compliments, où allait-il? Etait-ce la perspective de passer un peu plus de temps avec sa charmante collègue qui le rendait si joyeux

Voulez-vous que je passe à la cuisine pour chercher quelque chose à manger pendant que vous sortez le saké ? Qu’est-ce que vous aimeriez ?

C'était vrai, qu'il n'avait encore rien mangé... Et qu'il n'avait pas dormi non plus.


- Pour ma part, j'ai l'habitude de me contenter de nourritures très simples, je ne pourrais pas être d'un grand secours dans ce choix. Choisissez donc à votre gout, je vous fais entierement confiance. J'irai chercher l'eau, et je crois me souvenir qu'il y a un petit nécessaire à thé dans les fournitures de ma salle de cours. S'il est toujours là, je pourrais le prendre.

La jeune femme lui fit une remarque judicieuse a propos de l'eau qu'il faudrait faire chauffer. Il lui répondit avec un sourire mi-amusé mi-complice.

- Madame, cela fait partie de la profession d'un alchimiste de porter un feu nimporte ou. Meme au milieu de cette riviere, si le coeur vous en disait.

Il avait donné un ton particulier à ses paroles, on percevait l'amusement à travers le style volontairement ampoulé de cette déclaration. Humour, quand tu nous tiens.

En réalité, il connaissait bien une petite lampe à alcool qui serait parfaite...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seikatsuran Onibi
Ronin Résident - Maître de Kenjutsu
Seikatsuran Onibi

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Ven 1 Juin - 19:57

Seikatsuran était content, car visiblement, ses collègues avaient accepté sa proposition. Il aimait vraiment la convivialité d'un pique-nique dans les bois. Il commença alors à partir vers la cuisine, accompagné par Aiko. Sur le trajet ils discutèrent de tout et de rien, du temps qu'il allait faire, apparemment , ç'allait être une très belle journée. Pendant ce temps, Shin alla chercher le nécessaire, l'eau et le thé, ainsi que la natte de riz. Ils se retrouvèrent de nouveau à l'orée du bois. Seikatsuran avait apporté, et quelques sushis du Sake, et, avec Himejima, ils avaient ramené des Onigiri ainsi que de la viande séchée, et quelques sushis, accompagnés de fruits et légumes divers.

"On est là!! Tu as trouvé tout ce qu'il fallait?? Bien, nous pouvons y aller je crois, il y a une clairière sympa dans les parrages."

Onibi se trouvait bien avec eux, ils étaient sympathiques et ouverts, enfin, surtout Himejima...Mais cela changeait toujours de Aroukai, qui était souvent aussi joyeux qu'une porte de prison.
Il les mena à l'endroit même où il s'était entrainé une demi-heure auparavant. C'était une clairière, pas très grande, mais suffisamment pour abriter le groupe et lui permettre de manger sans risques.


"Nous y sommes!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiko Himejima
Maître de Médecine
Aiko Himejima

Féminin Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Sam 2 Juin - 15:02

Aiko sourit à Kanji en réponse au compliment qu’il venait de lui adresser et le remercia pour sa proposition. Puis vint le sujet du thé et du chauffage de l’eau.

- Madame, cela fait partie de la profession d'un alchimiste de porter un feu n’importe ou. Même au milieu de cette rivière, si le coeur vous en disait.

« Je ne vous en demanderai pas tant. » répondit-elle amusée.

Elle suivait maintenant Seikatsuran avec un panier rempli de nourriture : sushi, viande, légume, fruit… Il avait fait le tour de la cuisine et prit ce qui leur plaisait. Il se dirigèrent avec Kanji, qui était allé chercher de quoi faire du thé et la natte, vers l’endroit indiqué par le maître de kenjutsu. Une petite clairière tout à fait parfaite pour un pique-nique à trois, calme et agréable. Les yeux de la jeune femme observaient autour d’elle les arbres, les fleurs et tout le reste.

« C’est un bel endroit Onibi-san. C’est parfait. »

Elle commença à installer, à un endroit qui lui semblait convenir, tout ce qu’ils avaient amené. Les plats contenant la nourriture, les baguettes, les verres de saké, les services à thé…trouvèrent leur place et Aiko indiqua aux deux hommes qu’ils pouvaient s’installer. Elle s’approcha de Kanji pour lui demander le nécessaire à thé.

« Je vais faire chauffer l’eau. »

Elle semblait vouloir s’occuper de tout : le service, faire le thé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shin Kanji
Maître d'Alchimie
Shin Kanji

Masculin Nombre de messages : 141
Localisation : qui sait?
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Pensive   Sam 2 Juin - 20:27

Kanji se sépara de ses compagnons pour aller chercher les fournitures promises. Après avoir pris une natte dans les entrepots, il descendit à sa salle de cours pour prendrele service à thé. Pourvu qu'il ait vu juste, et l'ait gardé. En effet, dans le fond d'un coffre, il retrouva la petite boite laquée. Tout y était. Il lui suffit de recupérer la lampe à alcool qu'il utilisait pour faire des infusions, et il pourrait sans problème faire chauffer l'eau. Dans sa précipitation, il ne s'aperçut pas qu'au lieu de prendre un moyen commun de l'allumer, il avait pris un petit sachet d'une de ses poudres et deux silex.

Il rejoignit Seikatsuran et Aiko qui avaient récupéré les victuailles, puis ils se dirigérent vers la clairiere. Un endroit très calme, se dit Kanji, qui appréciait les grands arbres qui la bordaient.

Aiko se mettait en devoir de tout installer. Il lui proposa bien son aide, mais elle lui indiqua qu'elle voulait s'en occuper. Peu habitué à une telle situation, il la laissa donc faire, et engagea la conversation avec seikatsuran, lui parlant de sa reflexion sur le fait - d'enseigner à des éléves dont certains avaient presque le même age qu'eux. La jeune femme lui demanda alors le service à thé. Iil le lui donna, mais se rendit compte de sa méprise. Il s'excusa donc, et lui dit qu'iul procederait à l'allumage.

Il plaça un peu de poudre sur le bout de la mêche, et frappa les deux silexs. Il avait utilisé ce procédé bien des fois, mais soit sous le coup de l'émotion, soit en voulant un peu épater, il avait dosé un peu fort. la flamme apparut avec un petit boum du plus bel effet.

Voyant cela, il rit, et se fit la remarque à voix haute:

- Shin, tu n'es qu'un gamin.

il se figea en pensant à ses collègues: très peu de gens connaissaient son prénom, et ils ne pouvaient pas être au courant

Et surtout, pourquoi l'avait-il utilisé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pensive   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pensive
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Près d'un homme pensif...
» ? Potion School Musical ! ?
» never can say good bye to you - Noaëlle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsume :: Roleplay : Domaine de l'Ecole Hanzo :: Extérieur :: Le Pont ou la Rivière-
Sauter vers: